dimanche 31 juillet 2016

Auteur : Régine Deforges
Edition : France Loisirs
Parution : 2000
Pages : 391
ISBN : 2-7441-3870-3

Quatrième de couverture :

1939. Léa Delmas a dix-sept ans. Sa vie se résume aux senteurs de la terre bordelaise, à la lumière des vignobles, à la tendresse des siens. La déclaration de la guerre va anéantir l'harmonie de cette fin d'été et jeter Léa dans le chaos de la débâcle, de l'exode, de la mort et de l'occupation nazie. Léa va être contrainte à des choix impossibles.

Avis personnel :

Je viens de terminer ma troisième lecture du French Read A Thon. Nous allons donc parler aujourd'hui du tome un de la Bicyclette Bleue de Régine Deforges.

Tout d'abord, parlons de l'intrigue. Implantée en 1939, elle nous emporte en pleine Seconde Guerre Mondiale. En effet, le livre se termine en 1942. Du coup, niveau histoire, on est servit. Cependant, plus qu'une intrigue historique, on a des relations divers et variés et des moments difficiles à surmonter. Ce livre nous permet de mieux nous immerger dans notre propre passé culturellement parlant. Ce qui peut être sympa, si vous avez du mal à vous faire une idée de cette période de notre histoire.

Ensuite, parlons personnages. Nous avons énormément de personnages dans ce livre. Certains sont plus présents et donc plus creusés par l'auteur mais d'autres sont simplement de passage le temps de
quelques pages et donc moins détaillés. Globalement, j'ai beaucoup aimé les personnages que nous croisons plus souvent. Je les ai trouvé assez différents les uns des autres avec chacun leur petite histoire. Il y a eu cependant, un petit hic avec le personnage principal féminin : Léa Delmas. On la retrouve a dix-sept ans, totalement snob et consciente de son extrême beauté. C'est une jeune fille pourrie gâtée, qui n'a jamais fais face à un non de la part de quiconque. Elle est manipulatrice et complètement inconsciente du mal qu'elle peut faire autour d'elle. Quoi que le terme sans scrupule soit plus exact. Car elle sait très bien ce qu'elle fait au final. C'est aussi une jeune fille au "corps facile" comme le dit si bien l'auteur dans ce livre. Heureusement au bout d'un certain temps, la jeune fille change imperceptiblement et devient plus mature. Elle aide toute sa famille quand elle va au plus mal, et fait son propre potager afin de nourrir tout le monde. Elle n'hésite donc pas à se salir les mains. Très courageuse, elle fait passer des courriers illégaux avec sa bicyclette bleue.

Enfin, je dois dire que cette lecture m'a beaucoup plu et que j'ai hâte de lire la suite !

jeudi 28 juillet 2016

Auteur : Melissa Bellevigne
Edition : Hachette
Parution : 2016
Pages : 320
ISBN : 978-2-01-397423-3

Quatrième de couverture :

Lisa Hernest, psychiatre spécialisée dans les cas complexes, est appelée à l'institut Saint-Vincent. Elle va rencontre sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, vingt ans et enceinte de cinq mois, internée pour paranoïa et hallucinations.

Dés leur première entrevue, Judy fait preuve d'une lucidité et d'un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leurs échanges viennent ébranler ses propres convictions. Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence d'un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours.

Progressivement, Lisa, l'experte en âmes fragiles, sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser. A mesure que les mois passent et que la date de l'accouchement approche, la vérité paraît s'éloigner.


Avis personnel :

J'ai validé ma seconde lecture du challenge French Read A Thon avec le livre Paranoïa de la YouTubeuse Melissa Bellevigne.

Je vais commencer cette chronique par vous parler de l'intrigue générale. Je dois dire que du début à la fin, j'ai trouvé l'histoire très sensée malgré tout. Je veux dire par là, que peu importe si le personnage a vraiment des hallucinations ou non, et bien j'ai trouvé son histoire cohérente et j'ai aimé croire que ce qu'elle disait n'était pas totalement inventé. J'ai aimé le fait que l'on soit toujours dans le flou : est-ce un livre avec une part de fantastique ? ou bien un livre bien ancré dans la réalité ? Est-ce réellement un personnage paranoïaque ? ou simplement un personnage différent des autres ? J'ai apprécié la façon dont l'auteur a tourné son histoire.

Ensuite, je ne peux pas faire mon article sans vous parler des personnages. Concrètement, j'ai beaucoup aimé le personnage "paranoïaque". Je me suis énormément attachée à elle. Elle a mon âge. Elle est enceinte. Et n'a rien à voir avec moi. Pourtant, je me suis totalement entichée de ce personnage. J'ai vu un personnage doux, frêle et qui ne sait plus vraiment quoi faire dans sa situation. A contrario, j'ai moins apprécié Lisa, l'experte. Je l'ai trouvé un peu froide et inconsciente de la présence de son mari. Ce dernier était un peu comme un simple pot de fleur pour elle. J'ai trouvé ça hyper triste et dérangeant.

Le dernier point que j'aimerai abordé, finalement c'est l'écriture de l'auteur. Melissa a une plume simple que j'apprécie énormément. C'est un livre écrit à la première personne du singulier, et pour moi, il n'y a rien de mieux pour que je puisse me mettre dans la peau du personnage !

Une lecture rapide et agréable qui m'a laissé sans voix pour la fin.


Ludivine


mardi 26 juillet 2016

Auteur : Lorris Murail
Edition : Pocket Jeunesse
Parution : 2015
Pages : 302
ISBN : 978-2-266-25354-3

Quatrième de couverture :

Une cabane perdue dans les forêts du Maine. C'est là que Walden est abandonné par son père. A partir de maintenant, le garçon va devoir se débrouiller pour survivre dans les bois. Avec pour seule richesse quelques boîtes de conserve, un livre de Thoreau et une carabine.

A la fin de chaque journée, Walden note son âge sur une écorce de rondin. Douze ans, sept mois et quatre jours, au moment où commence son apprentissage pour le moins étrange...


Avis personnel :

J'ai terminé ma première lecture pour le challenge French Read A Thon ! Je suis un peu mitigée par ce livre...

Tout d"abord, je dirai que la première partie du livre est un peu longue. Il ne se passe pas grand chose au final. On suit le petit Walden qui tente de survivre à sa façon et puis, sans crier gare l'action commence à arriver. Le livre commence à bouger et à nous happer. Arrivée à un moment, je ne voulais qu'une chose savoir la vérité, le pourquoi du comment. Seulement, pour être happé, il m'a fallu plus de la moitié du livre.

Les personnages sont peu détaillés. Le père semble bourru, la mère brille par son absence et le petit Walden n'est pas sportif pour un sous. Il n'est pas un homme. Trouillard et très intellectuel, il est le contraire de ce que son père semble être. On s'attache malgré nous à ce petit garçon de douze ans, laissé seul dans cette forêt avec peu de ressources et de connaissances. On apprend à détester son père au fil des pages et puis, la donne change totalement. Peu de temps après que le livre dévoile sa véritable identité.

L'intrigue générale est très bonne. J'ai aimé l'idée de cet enfant laissé seul dans un lieu hostile. Le fait qu'on ne sache pas pourquoi son père à fait ce geste est bien travaillé malheureusement, la façon dont survit le garçon m'a parut comme un passage un peu trop long. Cependant, ce n'est pas une totale déception. Je tenterai sans hésiter une autre lecture de cet auteur afin de ne pas rester sur avis aussi peu avantageux. Comme certains disent, ce n'était peut-être pas le moment de lire ce livre, qui sait ?


Ludivine


samedi 23 juillet 2016

Auteur : Sarah Pinborough
Edition : Milady
Parution : 2014
Pages : 221
ISBN : 978-2-8112-1194-3

Quatrième de couverture :

La Belle au Bois Dormant, le conte de fées revisité : cruel, savoureux et tout en séduction. Rappelez-vous la forteresse cernée de ronces, le courageux prince, le fuseau ensorcelé et la douce princesse endormie qui n'attend que d'être réveillée...

... et à présent, ouvrez ce livre et plongez dans la véritable histoire de la Belle au Bois dormant, telle qu'elle n'a jamais été révélée...


Avis personnel :

J'ai enfin terminé la trilogie des contes des royaumes avec ce tome trois Beauté. Encore une fois, je commence ma chronique avec l'objet livre en lui-même. Il est pour moi, juste magnifique. Et quel plaisir que de lire un livre aussi beau autant à l'intérieur qu'à l'extérieur!

Concernant l'intrigue, j'ai beaucoup apprécié l'originalité de cette réécriture de conte qui tient la route du début à la fin. Il y a parmi ce livre un entremêlement de plusieurs contes, j'en ai compté quatre en tout, à vous de les découvrir !

Pour ce qui est des personnages, ils sont tous très attachants même les moins gentils dans ce tome ont un côté très touchants. La fin est d'ailleurs assez déchirante je trouve. Les différents personnages de contes se croisent en une seule histoire, et cela, j'ai vraiment adoré !

De plus, l'écriture de l'auteur est sympathique. Simple et rapide à lire. Une lecture sans prise de tête et qui nous plonge dans un univers très original. J'aime beaucoup aimé cette lecture.

Ludivine


vendredi 22 juillet 2016

Auteur : Ina Mahalache
Edition : Payot
Parution : 2016
Pages : 173
ISBN : 978-2-228-91451-2

Quatrième de couverture :

Solange te parle, ce sont les choses de la vie et c'est addictif. De l'art d'accueillir une bonne nouvelle à la nécessité de savoir dire "Je t'aime", d'un éloge hilarant du pénis à une réflexion sur la société narcissique, Solange, fausse neurasthénique et vraie timide, mi-ingénue mi-démon, parle du droit à la différence, du corps et du désir, de l'inadaptation, de la pornographie, de la solitude, de la génération des digital natives. C'est très drôle, insolent, et ça pousse à penser. Sur YouTube, ses vidéos ont été vues plus de quinze millions de fois.

Avis personnel :

Ça y est. Je l'ai fais. J'ai ouvert et refermé Solange te parle. Ma chronique va être très courte puisque je n'ai pas grand chose à dire à son sujet.

La première chose que je peux vous dire c'est que ce livre est intéressant si vous êtes un grand fan de l'auteur ou une personne qui n'a encore jamais vu les vidéos de Solange te parle. De plus, ce livre retranscrit totalement le côté étrange ou plutôt devrais-je dire bizarre que nous avons dans les vidéos de sa chaîne. Peut-être même un peu trop...

De là, la seconde chose que je peux vous dire c'est que le livre n'est au final que le script des vidéos YouTube. Il n'y a rien de plus à apprendre sur l'auteur; rien de plus sur le personnage qu'est Solange non plus. L'auteur avait pourtant prévenu les futurs lecteurs, mais personnellement, je m'attendais tout de même à un petit côté personnel imprévu ou au moins si elle voulait vraiment retranscrire ses vidéos qu'elle le fasse différemment que ces dernières. Car au final, pour moi, elle a prit ses vidéos ou les scripts et a simplement voulu faire un livre pour faire un livre (ou pour l'argent, qui sait ?).

Pour conclure, je dirai qu'il n'y a pas grand intérêt à acheter ce livre. Je ne comprends donc toujours pas la question finale qui est : Alors, Ina ou Solange ? Pour ma part, ça sera ni l'une ni l'autre parce qu'on a pas assez de matière sur les deux pour pouvoir choisir.

jeudi 14 juillet 2016

Auteur : Carlos Ruiz Zafon
Edition : Le Livre de Poche
Parution : 2009
Pages : 637
ISBN : 978-2-253-13426-8

Quatrième de couverture :

Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant est ainsi convié par son père à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y "adopter" un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le ivre qui va changer le cours de sa vie et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets "enterrés dans l'âme de la ville" : L'Ombre du vent.


Avis personnel :

Daniel, jeune garçon de dix ans va découvrir dans le Cimetière des Livres Oubliés un ouvrage écrit par Julian Carax, L’Ombre du Vent. Il ne va plus vouloir le lâcher et va tout faire pour savoir ce qui est arrivé à l’auteur et pourquoi il a disparu des radars et serait mort à Paris. Grâce à sa découverte, on va suivre à travers ce livre toutes les péripéties de Daniel qui déterre bien malgré lui et sans pouvoir s’en empêcher un passé que beaucoup voudraient oublier.


Je ne vais pas vous le cacher, ce livre je n’aurai jamais pensé m’y attacher autant avant de le prendre en mains. A la base, je ne devrais même pas être en sa possession, c’est Antoine qui, un jour, en allant chercher du pain, découvrit une boîte à livres et emprunta celui-ci pour que je puisse le lire. Au moment où il me le donna, j’étais loin de me douter du coup de cœur qui pointait le bout de son nez quelques semaines plus tard. A vrai dire, même au début de ma lecture, je ne sentais pas le coup de cœur, simplement, je savais que je ne pouvais me détacher de ce livre pas plus que je pouvais le détester. Au contraire, je l’adorais ! Mais le coup de coeur, m’est subitement apparu quelques chapitres avant la fin lorsque le dénouement m’est clairement apparu.
La première chose qui m’a interpellé et m’a littéralement conquise, c’est tout simplement la première chose que l’on peut constater dans un livre : la plume de l’auteur. En effet, Carlos Ruiz Zafon, nous fait entrer dans un monde de phrases bien tournées et bien travaillées. Où chaque terme à son sens. Il sait manier sa plume de façon à nous décrire ce que vit le petit Daniel tout en sachant manier le langage cru et plus “paysan” de certains personnages. Sa plume m’a emporter dés les premières lignes. Et le petit Daniel qui a bien grandi, nous entraîne tout de suite auprès de lui.

Daniel, c’est ce petit garçon qui va nous emporter dans une histoire des plus fascinantes et qui tient réellement la route. On va suivre les traces d’un passé oublié par beaucoup mais qui tient réellement à cœur à Daniel. Il ne sait évidemment pas dans quoi il s’embarque mais tout son coeur et son être lui cri de ne pas cesser ses recherches malgré les années qui passent. Il va finir par suivre une piste et puis une autre, et encore une autre jusqu’à déterrer la vérité si difficile à apprendre soit-elle.

Il est clair que l’intrigue nous tient réellement en haleine. C’est une intrigue captivante qui me hante encore au moment où j’écris ces mots. Daniel après avoir lu son livre, commence ses recherches en appelant à l’aide un libraire réputé qui tout de suite lui en donne un bon prix et rencontre Clara, sa nièce aveugle qui en sait par mal sur le fameux écrivain Julian Carax. Le libraire va être particulièrement impressionné par ce petit garçon qui se fiche de vendre ce livre peu importe le prix qu’il lui propose. Daniel veut garder ce livre et apprendre tout ce qu’il peut sur l’auteur. Le soir-même, il aperçoit au bas de la rue un homme vêtu de noir avec une cigarette  à la main droite et son autre main dans sa poche. C’est exactement la même scène qu’à un moment donné dans un livre de Julian Carax. Il rencontre ce même homme plus tard, et découvrira qu’il veut lui acheter le livre peu importe à quel prix. Fidèle à lui-même, Daniel va refuser et continuer sa quête.

Daniel Sempere, c’est un personnage attachant. On le découvre tout jeune peu de temps après la disparition de sa mère. Il grandira avec la ferme intention d’en connaître plus sur ce fameux Carax. Il a un père qui sera toujours décrit comme un homme sensible et qui était éperdument amoureux de sa femme. Il tient une librairie dans laquelle Daniel passe ses journées afin de l’aider. Son père est un homme intelligent, avec une très bonne éducation. Ils vont embaucher un certain Fermin Romero de Torres qui avait aider Daniel à se remettre après s’être pris une raclé par un garçon. Fermin s’avère être un ancien “espion”, il considère que la famille Sempere lui a sauvé la vie et qu’il leur doit. Il va alors donné corps et âmes pour aider Daniel et c’est d’ailleurs lui, qui va vraiment faire avancer les choses. Fermin n’est pas n’importe qui puisqu’il est également dans le collimateur du grand et célèbre agent Fumero qui veut sa peau depuis la fin de la guerre. Cet homme est sans cœur et tue sans aucune pitié. Personne, pas même ses coéquipiers n’osent se mettre en travers de son chemin. Il est connu comme étant une autruche du temps de la guerre, passant d’un camp à l’autre et finissant par tuer ceux qui l’ont aidés pour être accepté dans le camp gagnant. Évidemment, tout au long de ce livre, Julian Carax est présent par les récits que font divers personnages à son sujet. Daniel et Julian Carax ont une histoire quelque peu similaire à des époques différentes. Il y a une sorte de superposition de leurs deux histoires. C’est comme si malgré tout, Julian nous contait lui aussi son histoire mais par le biais de ce jeune Daniel.

Comme je vous le disais, j’étais certaine d’apprécier ma lecture mais je ne pensais pas que le coup de cœur serait là jusqu’au moment où le dénouement est arrivé. L’auteur ne nous dévoile le secret de son livre qu’au moment propice. Je n’aurai pas préféré qu’il soit avant ou après, je l’ai trouvé juste au parfait moment. Je ne m’attendais pas à ça, mais certainement ce dénouement est celui qui était le plus plausible et celui que j’attendais.

Je vous fais l’étalage de tout un tas de choses positifs sur ma lecture mais il y a tout de même eu un point négatif qui m’a affligé quelque fois durant ma lecture. Il y a effectivement des paroles et des sous-entendus sexistes dans ce livre. Les personnages de sexe masculin ont certaines réflexions assez affligeantes sur la gante féminine. Dans le même sens, les hommes sont vus comme des bêtes prêtes à sauter sur tout ce qui bouge ou qui a des seins. Je sais que c’est dû à l’époque à laquelle est écrit ce livre (qui commence en 1945 et se termine en 1966) mais c’est tout de même assez choquant de voir que les femmes étaient réellement prises pour ce qu’elles n’étaient pas : un objet sexuel seulement bon pour faire une progéniture qui prendrait le flambeau du père une fois l’heure venue. Je ne me suis fais la remarque qu’à deux ou trois reprises mais c’est déjà suffisant pour comprendre la mentalité des hommes de l’époque (où la femme n’avait pas encore sa propre liberté comme on l’entend aujourd’hui).

C’est donc pour moi un réel coup de coeur que ce livre! Je vous conseil tellement de le découvrir à votre tour et de plonger tête la première dans les aventures de Daniel Sempere. Mon seul problème maintenant, c’est de savoir comment je vais pouvoir apprécier une lecture après celle-ci..

Ludivine


mardi 12 juillet 2016

Réalisé par : Jennifer Levin, Sherri Cooper
Genre : Science-fiction, fantastique
Année de production du début : 2012
Saison : 02

Synopsis :

  Vincent, qui a été capturé par un groupe du FBI, a perdu la mémoire. L'homme qui a créé les bêtes et qui a également effacé la mémoire de Vincent est le père de Catherine! Il lui a effacé la mémoire pour faire de lui un meilleur soldat, à présent il traque et tue les bêtes pour recouvrer sa liberté. Lorsque Cathy le retrouve Vincent ne la reconnaît pas. Tous deux accompagnés de leurs amis tentent désespérément de faire recouvrer la mémoire à Vincent.
Vincent a aussi de plus en plus de mal à réprimer ses pulsions bestiales et retombe petit à petit amoureux de la belle détective. Désormais Vincent veut avoir un avenir avec elle. Mais celui qui tente d'effacer l'existence des bêtes laissera-t-il Vincent s'en tirer à si bon compte?

Avis personnel :

Je continue sur ma lancée en regardant la seconde saison de la série Beauty and The Beast avec Kristin Kreuk (anciennement Lena dans Smallville). La première chose que je peux vous dire c'est que du début à la fin, on a pas le temps de s'ennuyer. J'ai pu constater que cette saison pouvait se découper en trois partie. Clairement, ça permet de ne pas se lasser et de ne pas se retrouver à toujours voir des personnages combattre pour les mêmes choses avec les mêmes personnes.

Je vais donc vous parler du synopsis en trois étapes. Dans la première partie, on retrouve un Vincent amnésique et bien méchant. Il se fiche de Catherine et ne penses qu'aux missions pour lequel il est fait. Au moment où il commence à se souvenir il est finalement sans cœur. Il sort avec une autre bête et Cath  sort avec l'assistant du procureur. Seulement comme il se souvient, il décide de la reconquérir en redevenant le gentil qui sauvait le peuple. Je ne vais pas vous mentir cette partie est celle que j'ai le moins apprécié. D'où Vincent part avec une rousse à la peau blafarde et Cath avec un brun au teint hâlé ? Ça n'allait pas du tout. Ça sonnait faux. On sentait que c'était trop faux et que les personnages principaux allaient se remettre ensemble. J'aurai préféré que leur séparation se passe autrement et que je ne devine pas qu'ils allaient revenir ensemble.

Pour ce qui est de la seconde partie (à partir de l'épisode 16) tadam ! Cath quitte Gabe et revient avec Vincent. Pr se venger, l'assistant du procureur le fait arrêter pour meurtre. Il compte tout faire pour le "détruire". A ce moment là, Heather (la sœur de Cath) débarque et apprend la nouvelle pour Vincent (apparition furtive donc). Le couple part ensuite dans une petite ville sous couverture pour ne pas être repérés. Et là, bim! Un voisin se fait assassiné et Cath frôle la mort. Donc retour à NYC pour les tourtereaux. Cette partie là, rattrape grandement la première ! On découvre enfin le vrai visage de Gabe. Le couple le combattent et font tout pour ne pas que Vincent aille en prison. 

Pour la troisième partie (très courte), Gabe redevient une bête pour vaincre Vincent, qui lui, de son côté se fait enlever de prison où il était en attendant son amnistie. Gabe tue leur protecteur après que Vincent ait eu son amnistie par des personnages haut placés. Le dernier épisode est sûrement mon préféré de la saison puisqu'on a également des comparaisons avec leurs ancêtres Alister et Rebekah. Comme vous l'aurez compris, c'est une saison pleine de rebondissements. On a des événements, des ruptures et même de nouveaux couples. J'ai aussi bien aimé les quelques pics d'humours (qui manquaient à la saison un)

Parlons désormais des couples et donc des personnages. Commençons par Gabe, je ne l'aimais déjà pas mais là, encore moins. Je l'ai trouvé faux et m'a fait pitié.. Il est tombé bien bas pour Cath. Concernant Vincent, ça a d'abord été un vrai co****** avec Catherine. Et sa petite-amie, fille de riche m'horripilait au plus haut point. Tous les deux me sortaient clairement par les yeux. Surtout qu'elle n'avait pas vraiment un fond très gentil. Heureusement, on l'oublie vite et Vincent redevient celui qu'il était au début de la série. On découvre même encore plus la passion qu'il a pour la médecine. Pour ce qui est de Cath, j'ai aimé découvrir sa ténacité et tout le cœur qu'elle met dans son boulot. C'est une femme forte et pourtant dans cette saison on la voit craquer (enfin!). Pour Tess et JT, c'est mes chouchou ! Leur relation est top ! Ils sont tellement attachants, surtout JT qui est tellement mignon avec elle.

Bon, grosso modo, j'ai adoré cette saison qui rattrape très bien la première à mon avis.

Follow Me @ludivine_cutie